Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

header.imagePlaceholder

header.clickToEdit

header.imagePlaceholderheader.backgroundPlaceholder

header.clickToEdit
L'Association des Avocats pour la Défense des Droits des Détenus (A3D)
Retour
Communiqué de presse : mettre fin aux violences pénitentiaires

Communiqué de presse : mettre fin aux violences pénitentiaires

Le 3 juin 2019, la section française de l’Observatoire international des prisons a publié un rapport d’enquête sur les violences commises par des agents pénitentiaires sur les personnes détenues titré « Omerta, opacité, impunité ».

Ce rapport révèle ce que l’ensemble des acteurs de la chaîne pénale savent déjà par expérience, et malgré leur silence : les agents pénitentiaires auteurs de violences sont protégés par la notion floue d’un « usage strictement nécessaire de la force », par l’ignorance des victimes de leurs droits, par la passivité de leur hiérarchie et l’esprit de corps entretenu par leurs syndicats. Ils sont encouragés par le sentiment d’impunité.

Alors que le Défenseur des droits ou l’OIP reçoivent plusieurs signalements par semaine, les auteurs de ces violences ne sont que très rarement poursuivis, tant pénalement que disciplinairement, et plus encore exceptionnellement condamnés : une sanction disciplinaire seulement en 2018.

Les avocats ne peuvent que témoigner des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien dans leur mission de conseil, d’assistance et de défense des personnes incarcérées :

L’absence de mécanisme de prévention, prompt à éviter d’éventuelles représailles contre les personnes détenues ayant déposé plainte crée dans la population pénale le sentiment qu’il vaut souvent mieux renoncer à l’exercice de ses droits pour assurer sa propre sécurité.

L’absence de crédit donné à la parole des personnes détenues et le traitement qui leur est généralement réservé dans le cadre de telles procédures achève trop souvent de les convaincre de ne pas déposer plainte, de renoncer à saisir la Justice.

L’absence de signalement de la part d’un corps professionnel pourtant tout entier soumis à l’obligation de dénoncer les infractions dont ils auraient eu connaissance ou dont ils auraient été témoin dans l’exercice de leurs fonctions témoigne de la prédominance de l’esprit de corps sur le respect des droits, et de l’intégrité physique, des personnes placées sous leur garde.

L’absence d’enquête judiciaire réalisée avec rigueur, rapidité et diligence par des services d’enquête pour lesquels ces faits ne sont jamais une priorité prive les personnes détenues d’une chance de voir leur plainte aboutir.

L’absence d’harmonisation des règles et des délais de conservation des images de vidéosurveillance ainsi que la résistance de certaines directions à les communiquer entrave durablement la défense des personnes détenues et rend presque toujours impossible de rapporter la preuve matérielle des violences survenues entre les murs.

Loin d’être épargnés par ces difficultés, les avocats se heurtent à la même inertie de l’institution judiciaire dans la défense de leurs clients : classement sans suite quasi systématique, dépôt de plainte avec constitution de partie civile retardé par l’attente de la décision de classement, déperdition des preuves...

Si tout n’est pas précisément mis en œuvre pour faire échouer les plaintes des personnes détenues que ces difficultés n’auraient pas déjà découragées, rien n’est fait pour leur faciliter l’accès à la Justice, leur garantir un traitement équitable et assurer le respect effectif de leurs droits.

Ce constat est d’autant plus alarmant que la mission assignée par la loi à la prison est non seulement d’assurer la garde des personnes incarcérées mais aussi de permettre leur amendement, leur insertion ou leur réinsertion sociale ; ces missions ne peuvent être correctement exercées si la Justice n’est pas capable d’assurer, en détention, le respect des lois dont la violation a précisément justifié les condamnations et les incarcérations de ceux qui s’y trouvent détenus.

Il appartient désormais au ministère de la Justice d’œuvrer pour que l’impunité dénoncée, l’omerta révélée soient résolument combattues, il en va de la crédibilité de la Justice et du respect de l’état de droit.

Liste des institutions, associations et syndicats signataires :

▫ Conseil National des Barreaux (CNB)

▫ Syndicat des Avocats de France (SAF)

▫ Fédération Nationale de l’Union des Jeunes Avocats (FNUJA)

▫ Association des Avocats pour la défense des droits des détenus (A3D)

Liste des barreaux signataires :

▫ Barreau d’AVIGNON

▫ Barreau de BETHUNE

▫ Barreau de BORDEAUX

▫ Barreau de GRASSE

▫ Barreau de GRENOBLE

▫ Barreau de LILLE

▫ Barreau de LYON

▫ Barreau de MARSEILLE

▫ Barreau de NANTES

▫ Barreau de PARIS

▫ Barreau de POITIERS

▫ Barreau de RENNES

▫ Barreau de SAINT BRIEUC

▫ Barreau de la SEINE SAINT DENIS

▫ Barreau de TOULOUSE

▫ Barreau du VAL DE MARNE

Documents
icoPaperclip32Dark COMMUNIQUE A3D VIOLENCES.pdf
Consultez également
« Avocats, nous vous demandons de supprimer cette condition ubuesque »

« Avocats, nous vous demandons de supprimer cette condition ubuesque »

Monsieur le Directeur,Le 6 avril 2020 vous avez édité une note sur les relations entre les...

21 avril 2020
Crise sanitaire en prison : le Conseil d’État s’enferme dans l’inaction

Crise sanitaire en prison : le Conseil d’État s’enferme dans l’inaction

Saisi en référé par l’Observatoire international des prisons (OIP), l’association des Avocats...

14 avril 2020
« Vos consignes, contradictoires et sibyllines, sont incompréhensibles. »

« Vos consignes, contradictoires et sibyllines, sont incompréhensibles. »

Madame la Ministre,La situation des prisons est, depuis longtemps, extrêmement préoccupante. La...

31 mars 2020
Les situations de crise sont révélatrices du meilleur comme du pire

Les situations de crise sont révélatrices du meilleur comme du pire

Face à la pandémie actuelle et aux conséquences prévisibles pour les établissements...

25 mars 2020
Prisons : réduire la<br />
surpopulation pour éviter la crise sanitaire

Prisons : réduire la
surpopulation pour éviter la crise sanitaire

La situation des établissements pénitentiaires français ne permet pas aujourd’hui de faire face...

18 mars 2020
Lettre ouverte : COVID19 et droits de la défense

Lettre ouverte : COVID19 et droits de la défense

A l'attention de :Mme Nicole BELLOUBET, Garde des Sceaux, Ministre de la JusticeM. Stéphane...

15 mars 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus